Accueil > Travaux > Isolation > Ponts thermiques : explications, détection et solutions

Ponts thermiques : explications, détection et solutions

Les propriétaires connaissent bien les désagréments des ponts thermiques, aussi bien en termes de perte de confort que d'argent perdu. Dans une maison étanche à l'air et isolée, ils peuvent être responsables de déperditions de chaleur pouvant atteindre jusqu'à 25 %.

Une planification, une conception et une construction appropriées sont essentielles pour identifier les ponts thermiques et y remédier. Tout au long des travaux, les artisans doivent veiller à ce qu'aucun pont thermique ne soit créé et c'est pourquoi il est primordial de travailler avec des professionnels bien formés à la construction sans pont thermique et conscients des interactions entre les différents éléments du bâtiment.

Nous allons examiner de plus près les ponts thermiques et les raisons pour lesquelles ils doivent être évités.

Qu'est-ce qu'un pont thermique ?

Schéma d'un pont thermique sur la cloison d'un bâtiment

Schéma pont thermique

La chaleur qui s'échappe suit le chemin de la moindre résistance. Les ponts thermiques se produisent généralement quand il ya zone de rupture dans l'enveloppe du bâtiment (l'isolation par exemple). Les ponts thermiques peuvent être causés par :

  • Les jonctions entre le mur et le toit
  • Les jonctions entre le mur et le sol
  • Les portes et fenêtres
  • Les trous dans l'enveloppe du bâtiment pour les tuyaux et les câbles
  • Les traverses de mur en acier utilisées dans les constructions en maçonnerie

Il existe différentes classifications de ponts thermiques :

Les ponts thermiques linéaires

Les ponts thermiques linéiques suivent un schéma et sont "répétés" sur une zone entière de l'enveloppe thermique du bâtiment. On peut citer comme exemples les traverses de mur en acier utilisées dans la construction de murs creux en maçonnerie, les solives de plafond que l'on trouve dans les toits à pente froide lorsqu'on isole au niveau du plafond ou une rupture causée par une ossature en bois lorsqu'il y a de l'isolation entre les montants.

Les ponts thermiques répétitifs sont à la fois courants et prévisibles mais ils restent à l'origine de pertes de chaleur importantes. C'est pourquoi ce type de pont thermique doit être inclus dans le calcul de la valeur U et pris en compte lors de la planification, de la conception et de la construction. La valeur U (ou coefficient U) représente la capacité des éléments de construction et des isolants à résister au transfert de chaleur, elle s'exprime en W/m2.K.

Les ponts thermiques ponctuels

Les ponts thermiques ponctuels se produisent aux endroits où il y a une rupture dans la continuité de l'enveloppe thermique du bâtiment. Ils peuvent également apparaître lorsque des matériaux ayant une conductivité thermique différente se rencontrent.

Thermographie d'un coin de pièce avec deux caissons de volets roulants

thermographie

Les ponts thermiques non répétitifs typiques comprennent les ouvertures autour des fenêtres et des portes, les trappes de grenier, les volets roulants encastrés, les prises électriques et les autres ouvertures dans l'enveloppe thermique du bâtiment.

Les ponts thermiques géométriques

Les ponts thermiques géométriques sont causés par la géométrie du bâtiment. Les angles des murs extérieurs, la jonction entre le mur et le sol et entre le mur et le toit, ainsi que les jonctions entre les murs adjacents en sont des exemples. Les ponts thermiques géométriques sont plus fréquents dans les bâtiments aux formes complexes, il est donc préférable de conserver une conception globale aussi simple que possible afin de réduire leur fréquence.

Examinons maintenant les raisons pour lesquelles les ponts thermiques doivent être évités.

Les conséquences néfastes des ponts thermiques

Les ponts thermiques nuisent à l'efficacité de l'isolation

Les ponts thermiques peuvent avoir un effet plus néfaste sur les bâtiments qui ont des niveaux élevés d'étanchéité à l'air et d'isolation. Les ponts thermiques peuvent ainsi entraîner une perte de chaleur allant jusqu'à 30 % ce qui annule les effets positifs de ce type de bâtiment.

L'isolation étant conçue pour fonctionner toute l'année, il n'y a pas que les pertes de chaleur en hiver qui doivent vous inquiéter : les ponts thermiques peuvent également provoquer une augmentation du gain de chaleur pendant l'été et ainsi entraîner une surchauffe de l'espace intérieur.

Les ponts thermiques entraînent une augmentation de la dépense énergétique

Bien que les niveaux de perte de chaleur puissent varier en fonction de la gravité et de l'occurrence des ponts thermiques, il est préférable de concevoir et de construire des bâtiments sans ponts thermiques. Sinon, vous dépenserez plus d'argent pour maintenir la température de l'air intérieur à un niveau constant et confortable ce qui va à l'encontre du but recherché par l'installation de mesures d'efficacité énergétique. L'isolation est un investissement qui doit être rentable, elle doit donc être conçue, planifiée et installée dans les règles de l'Art.

Les ponts thermiques entraînent des risques accrus de condensation et de moisissure

Les ponts thermiques peuvent augmenter le risque de condensation sur les surfaces internes et même provoquer une condensation entre les murs et les autres éléments de construction. Cette condensation interstitielle est d'autant plus dangereuse qu'elle n'est visible ni de l'intérieur ni de l'extérieur du bâtiment.

La condensation se forme lorsque la température intérieure descend bien en dessous du point de rosée et que l'humidité de l'air chaud se condense en gouttelettes d'eau sur les surfaces plus froides. L'un des principaux effets de la condensation est la prolifération de moisissures. Les moisissures non visibles peuvent se développer de manière incontrôlée entraînant une dégradation de la qualité de l'air intérieur et potentiellement des effets négatifs sur la santé du foyer.

moisissures siur un mur

La condensation peut également à terme entraîner de la pourriture et des dommages structurels, il est donc préférable de l'éviter à tout moment et de réagir rapidement quand le problème est détecté.

L'importance de la prise en compte des ponts thermiques lors de la conception du projet

La meilleure façon d'éviter les effets négatifs des ponts thermiques est de les minimiser autant que possible. Bien qu'il y ait toujours des pertes de chaleur, avec une planification, une conception et une construction appropriées, on peut considérer qu'un bâtiment est pratiquement exempt de ponts thermiques avec un coefficient de pont thermique inférieur à 0,01 W/m.K (Watt par mètre Kelvin).

Les différents acteurs du chantier doivent veiller à les éviter à chacune des étapes de la construction. Si un bâtiment a été conçu pour minimiser les ponts thermiques mais que la construction n'a pas fait l'objet d'une attention particulière, les problèmes peuvent subvenir.
Il est crucial que les personnes concernées aient une formation adéquate et comprennent l'importance d'une construction sans pont thermique. Il faut notamment qu'ils sachent comment les différents éléments et systèmes de construction interagissent entre eux et comment ils peuvent contribuer aux pertes de chaleur.

Certains produits et systèmes sont conçus pour aider à éliminer les ponts thermiques aux jonctions communes. Les systèmes de fondation dit passifs peuvent aider à éliminer le pont thermique entre le mur et le sol en enveloppant toute la fondation d'une couche de PSE (Polystyrène expansé) ce qui garantit qu'il n'y a pas de rupture dans la continuité de l'isolation. Les systèmes d'isolation des murs extérieurs peuvent également être extrêmement efficaces pour minimiser les ponts thermiques.

Peu importe que vous construisiez une nouvelle maison selon la norme des maisons passives ou que vous rénoviez un bâtiment existant, il faut toujours veiller à réduire et à éliminer les ponts thermiques inutiles. Assurez-vous que les artisans chargés de vos travaux aient ces notions à l'esprit avant de débuter vos travaux.

La détection des ponts thermiques et des problèmes d'humidité

thermographie : photographie infrarouge des ponts thermiques sur un mur

visualisation pont thermique
Pour une construction existante, vous pouvez essayer de faire des recherches vous-même : passez votre main sur un mur où vous soupçonnez un pont thermique. Si vous sentez une différence de température perceptible dans une certaine zone, c'est une forte indication de l'existence d'un pont thermique. Des zones d'humidité ou de condensation doivent également vous.

Il est évidemment préférable de faire appel à une entreprise spécialisée qui dispose d'un équipement beaucoup mieux adapté pour détecter les déperditions de chaleur. Les technologies de scannage infrarouge permettent d'identifier les pertes d'énergie dans l'enveloppe des bâtiments. Les scanners infrarouges peuvent identifier les fuites d'air, l'humidité d'un toit et de murs et les ponts thermiques importants.

Les prestataires contrôlent le climat intérieur à l'aide d'un enregistreur de données ou d'un appareil de mesure du point de rosée. Ils mesurent également la teneur en humidité des matériaux de construction afin d'identifier les dommages liés. Pour bien détecter les fuites d'air, d'autres méthodes peuvent êtres mises en oeuvre comme les relevés visuels, la pressurisation du bâtiment et l'utilisation de stylos fumigènes.

Une fois les points faibles trouvés, la meilleure solution reste de faire poser une isolation complète par l'extérieur afin de recouvrir les zones de fuite de chaleur.
Pour vos travaux d'isolation thermique des murs par l’extérieur, il est possible de bénéficier d'aides (crédit d'impôt, subvention de l'Anah), il faut pour cela utiliser un isolant proposant une résistance thermique importante d'au moins R*2,8.

Si vous souhaitez trouver rapidement des artisans spécialisés dans ce type de chantier, faites vos demandes de devis gratuits sur notre site.

  • Comment limiter l’humidité dans votre maison ?
  • Les bonnes raisons d’améliorer l’isolation de sa maison
  • Le calorifugeage des canalisations pour des économies d’énergie
  • Bien isoler sa maison pour faire des économies d’énergie